HAUTE LOIRE/TARN/Mai 2019

Du HAUTE LOIRE au TARN

Randonnées, vélo Route

Via ferrata 

Avril  2019

 

 

Vendredi 17 Mai 2019

 

- 15 h 00  C' est parti ! Direction Le Puy en Velay !

- 20 h 00  Je suis stationné à St Etienne du Bois près de Bourg en Bresse, pour la nuit. Il pleuvotte ! 

 

Samedi 18 Mai 2019

 

- 8 h 00  10° extérieur, ciel couvert, pas de pluie ! Même un petit rayon de soleil se risque à travers les nuages et met tout de suite de bonne humeur !

-  11 h 50  Je suis stationné sur le parking initial et historique de la via ferrata des Juscles près de Pertuis en Haute Loire ... il pleut ! Je ne me vois aller jusque la via sous la pluie (20'), aussi je décide d' aller me stationner à proximité de la via ferrata sur un petit parking juste avant le départ. Jusque là la route d' accès était déclarée privée et en réduisait l' accès, d'où l' obligation de stationner au parking officiel initial. J' apprendrai quelques mois plus tard que la route privée est désormais autorisée et qu' un nouveau parking officiel de la via ferrata a été aménagé juste au dessus du départ de la via à partir de la route privée !

- Je mange un morceau et je prépare le ferratiste. Je m' équipe en fonction de la pluie ! Ce n' est pas la première fois que je fais cette via, c' est donc pour moi une répétition, j' en apprécie son caractère ludique, sa variété, le panorama depuis son sommet et ... sa tranquillité en dehors des périodes de fréquentation (vacances).

Via ferrata du Puy des Juscles

 

depuis Perthuis    Haute Loire

 

 

 

 

-  J' ai donc accédé directement à la via ferrata des Juscles par la route jusqu'alors interdite et privée (?), route donc aujourd' hui (2020) autorisée et nouveau parking avec aire de pique nique installée plus haut sur la route au dessus du départ de la via ferrat (10 ' à pied). Pour l' heure je suis stationné sur le mini parking 200 m sous l' accès à la via ferrata.

-  Première surprise à mon retour sur cette via déjà parcourue plusieurs fois, une magnifique plate forme d' accueil et  de départ, en bois, a été aménagée, facilitant l' équipement des ferratistes ! La liaison plate forme rocher est encore imparfaite (le vide entre les deux est piégeux au moins à un endroit ... attention aux chevilles ! surtout en cas de glissade (il pleut) ... je me suis pris la cheville dans la fente laissée entre la  plate forme et le rocher ... ça craint !

-  Ensuite, j' ai retrouvé la via ferrata des juscles telle que je la connaissais, jusqu' au passage des Ratapenadas, rien n' a changé. La seconde surprise c' est dans le "canyon" du mur des Grailles, j' ai été accueilli par un couple de corneilles très "causantes" avec un vol quelque peu dissuasif, sans que je comprenne tout de suite la raison ! C 'est en arrivant en haut du mur juste sous la passerelle de la Reboule, que j' ai aperçu le nid des petites corneilles ! Le concert de cris accompagné d'un vol d'intimidation m' était bien adressé ! Dommage que je n' en ai pas eu la compréhension immédiate, car ma connaissance de la via m' aurait permis de choisir un autre itinéraire. Je me suis donc hâté de m' éloigner du nid en rejoignant aussi vite que je pouvais la petite tyrolienne précédant le passage souterrain de la via.

-  Tyrolienne courte, mais arrivée toujours un peu sèche sur les barreaux de remontée ! Prévenu par mes expériences passées, j' ai évité de prendre de l' élan et je me suis attaché plus court pour garder la maîtrise du câble et me permettre un éventuel freinage sur mousqueton acier. (un matelas serait peut être le bienvenu, à mois que d' ici là, la tyrolienne soit repensée ? ). 

-  J 'ai retrouvé avec plaisir le passage souterrain des Ratapenadas et sa belle cheminée avec ses quelques pas sportifs mais pas difficiles ! A la sortie, encore nulle trace des travaux d' installation des deux tyroliennes qui sont maintenant (2020) en place . Ensuite remontée par "la chaussade du ciel" et retour au point de départ de la via ferrata. 

- Via ferrata faite en 2 h 00 départ et retour du parking. Parcours ludique, sportif,souterrain et ... bientôt aérien avec ses deux futures tyroliennes !  

 

-  15 h 00  Je quitte la région de Le Pertuis pour rejoindre Le Puy en Velay ! Pour avoir un peu randonné sur les chemins de St Jacque de Compostelle, je veux en  voir le point de départ !

-  15 h 30  je suis à Puy en Velay, stationné sur une petite place touristique en dessous de la cathédrale et au pied du rocher St Michel d' Aiguilhe bâti sur un reste de volcan. Les places sont chères ! Je vais aller faire une petite ballade au rocher et peut être jusque la cathédrale.

 

Randonnée au rocher St Michel d' Aiguihle

 

Le Puy en Velay    Haute Loire

 

- Sur le Rocher (ancienne cheminée volcanique)  se dresse une  magnifique chapelle, dédiée à saint Michel depuis le 10ème siècle.Il s’agit d’un monument, pré-roman et roman.
-  L'évêque du Puy, Godescalc, et le doyen du chapitre de la Cathédrale du Puy, Truannus, sont à l'origine de la construction la Chapelle consacrée à saint Michel en l’an 961. Godescalc est également le premier pèlerin français vers Saint–Jacques de Compostelle vers l’an 950 ouvrant ainsi la "Via Podiensis" des Chemins de Saint Jacques.
-  Le site du Rocher Saint-Michel d’Aiguilhe se visite, entrée payante (3,5 euros).
-  Dressée sur une  cheminée volcanique, la petite chapelle,  millénaire, est remarquable. Vue panoramique magnifique sur la ville de Le Puy et ses environs. 268 marches impressionnantes et épuisantes mènent à son entrée.

 

-  Le temps est un peu incertain quand je quitte le parking au pied du rocher St Michel d' Aiguilhe. Magnifique piton volcanique qui s' érige d' une manière un peu surnaturelle au pied de la ville de Le Puy ! La chapelle qui prolonge son sommet donne un air encore plus improbable à l' ensemble. On voit ce monument de très loin et sa vue est caractéristique de la ville de Le Puy.

-  D 'abord un peu surpris de l' entrée payante, je finis par franchir la porte et m' acquitter des 5 euros demandés ! La montée par des escaliers taillés dans le rocher est remarquable comme l' est aussi l' effort nécessaire pour arriver en haut ! Vue plongeante sur Le Puy et ses en virons ! Je suis un peu resté sur ma faim lors de la visite de La Chapelle, j' ai ressenti plus d' émotion à l' extérieur qu' à l' intérieur ! La présence de nombreux pèlerins, visiteurs, trailers ... transforme quelque peu l' ambiance ... !

-  Je ne reste pas longtemps sur les lieux et je redescends les escaliers plus vite que je ne les ai monté ! Le temps incertain et la perspective de devoir de nouveau payer un droit d' entrée me dissuadent d' aller jusque Notre Dame de France (statue) et la cathédrale Notre dame du Puy, je rejoins donc le parking.  

 

-  16 h 30  Je repars en direction de Vernon, au dessus des Vans,  dans le département de l' Ardèche. Une randonnée sur le sentier des Tétines est envisagé pour demain ! 

- 19 h 00  Je suis stationné non loin de Vernon à Joyeuse sur un parking juste avant le centre ville. La réception 4G n 'est pas bonne, j' ai du mal à préparer ma randonnée sur Iphigénie. Je vais passer la nuit sur place  

 

Dimanche 19 mai 2019

 

-  8 h 15  12° extérieur ... il pleut ... après les courses en ville,  il pleuvotte !  Je tente la randonnée et je pars stationner à Vernon. 

-  9 h 00   Je suis stationné en face de la mairie de Vernon. Je prépare le randonneur, pour l' instant il ne pleut plus !

 

 

Circuit randonnée sentier des Tétines, grottes et cascade de Beaumicou

 

depuis Vernon    Ardèche

 

 

 

Routeyou randonnee grotte et cascade de beaumicou par le sentier des tetines retour par l eglise et le c

 

-  Le sentier des Tétines en bordure de falaises surplombant la rivière de la Baume, offrant un splendide point de vue, est un site remarquable  par ses tétines, monticules  affleurant sur le sol de grès. Cette érosion du grès laisse subsister des formes en  tétons.
 (plus riche en silice que la dalle en grès, les tétons résisteraient à l' érosion).

-  A proximité du sentier des Tétines, la cascade de Baumicou jaillit en période humide, au sommet d'une dalle de grès creusée par l'érosion. Sous la dalle d'où descend la cascade de Baumicou,  un abri sous roche en grès se visite après un petite escalade qui peut être glissante.
 

-  10 h 00  Départ depuis le parking de la mairie de Vernon; le temps est incertain, humide, la pluie tombe sous forme de bruine. Rapidement dès la sortie du village, j' arrive sur le sentier des Tétines, déjà bien marqué par les passages des randonneurs par des traces terreuses ! Les Tétines sont bien là ! ces monticules gréseux - siliceux résistent au temps et aux passages ! La vue est magnifique sur le vallon de la Baume ! Je croise trois randonneurs " bushman " au vu de leur équipement, ils ont passé la nuit dans le secteur ! L 'activité des oiseaux est intense aux abords du sentier à entendre les " piallements " continus des nichées, je n' ai pas réussi à identifier la ou les espèces.

-  10 h 40  Je suis aux grottes et à la cascade de Beaumicou ! Belle découverte et belle surprise ! Le lieu est remarquable par sa beauté et sa quiétude. La cascade est aujourd' hui un peu transformée en "cascadelle" ! C 'est un cocon naturel ... et en plus j' ai la chance pour l' instant d' y être seul ! Je savoure !

-  11 h 00  Je repars de Beaumicou, salué par le croassement des grenouilles qui peuplent je ruisseau après la cascade. En reprenant la montée, je me décide à me frayer un passage vers le haut de la cascade pour essayer d' en apercevoir la chute. Malheureusement, c' est un sentier " à mouiller" peu fréquenté, et la pluie récemment tombée est restée "accrochée" aux hautes herbes ! Je suis trempé ! La visite ne valait pas trop le coup, je ne verrai qu'un mince filet d' eau disparaître sous le saillant du rocher, le surplomb empêchant de voir la vue sur la chute.

-  11 h 30  Après 1 h 30 de randonnée, je suis au lieu dit Le Bouchet, au dessus de Vernon. Un peu plus tard, je suis à La Devèze, sur un plateau entre pins et vignes ! C 'est pittoresque mais un peu monotone. Je finis par rejoindre l' autre bord du plateau au dessus de la vallée de la Baume et de Vernon, après avoir  longé les Hautes Salelles et Salelles. Je traverse l' Escourby, petit hameau et je suis ensuite un sentier en transversale surplombant le vallon. Petit à petit je me rapproche de Vernon, en passant par une ultime montée, celle de l' Eglise, puis du château. Superbe vue sur la vallée !

-  Le chemin repart ensuite au dessus de l' église pour aller rejoindre le chemin du matin au lieu dit  "le Bouchet", avant de reprendre la route qui me ramènera à Vernon. 

- 14 h 30  Je suis de retour à a voiture, après 4 h 30 de randonnée, 9,7 km et 235 m de dénivelé. Ballade très appréciée

 

 

-  19 h 15   J' ai quitté Vernon en Ardèche et je suis à présent stationné pour la nuit à Mostuéjouls dans le département de l' Aveyron. J' ai trouvé un parking public sous le village, au calme et offrant une belle vue sur le village de Liaucous qui abrite la via ferrata du même nom !

 

Lundi 20 mai 2019

 

-  7 h 30    10° extérieur, 17° dans la voiture. Temps couvert mais sans pluie pour l' instant !

-  8 h 45   Petit tour dans ce village " presque " médiéval ! Pas de commerces, mais des sanitaires !  Au retour,  Je prépare le randonneur, aujourd' hui circuit de randonnée en direction de Liaucous en direction de sa via ferrata puis ... 

 

Circuit randonnée villages troglodytes de St Marcellin et Eglazines

 

Depuis Mostuéjouls    Aveyron

 

 

 

Routeyou randonnee roc des agudes villages st marcelin et eyglazines depuis mostuej copie 1

 

-  9 h 00   Randonneur parti, temps humide et pluvieux ! ... Flûte, j' ai oublié mon GPS ... Demi tour, supplément de 20 ' à mon périple !

-  D 'abord une belle descente pour se retrouver au pied du village de Liaucous , puis début de grimpée pour atteindre Liaucous et son église romane magnifique et trouver après avoir remonté les calades,  le chemin de descente de la via ferrata. Commence alors une longue montée ! En cours de route je vais faire en aller et retour un petit tour du côté de la tyrolienne d' arrivée de la via ... souvenirs ! Je reviens ensuite à l' itinéraire de montée initial qui va me mener au Roc des Agudes.

-  11 h 30 ( 1 h 30 de marche)  Du Roc des Agudes, je surplombe toute la vallée du Tarn, Mostuéjouls, Liaucous, Peyrelau et de l' autre côté, la vallée du Tarn abrite le cirque de St Marcelin et le Cinglegros ... et ses échelles ! Le brouillard persistant m' empêche hélàs de distinguer le confluent du Tarn et de la Jonte

-  Je repars sur la gauche du Roc en direction du Puech et son habitation isolée puis du lieu dit " les Cazals", je suis sur le plateau, la marche est agréable et aisée !

-  12 h 00 (2 h 40 de randonnée), je rejoins le hameau des Vors, pas un chat ! Après une déambulation tranquille dans le hameau, je reprends mon itinéraire en direction du cirque de St Marcellin. La descente est magnifique dans une ambiance rocheuse et ruiniforme ! Le cirque de St Marcellin est remarquable avec une vue sur toute la vallée du Tarn et sur le causse Méjean

- 13 h 15 (3 h 40 de rando)  Je suis au village semi troglodyte de St Marcellin assez bien conservé sans doute par des propriétaires passionnés du site ! En partie restauré ,le village possède une chapelle. Un pèlerinage y a lieu chaque année .  Au dessus une baume bâtie sur plusieurs niveaux constitue les vestiges du château du village. Je suis arrivé directement au village en passant par le cirque du même nom, je découvre en arrivant à la fin du village qu 'un autre chemin relie le hameau de Vors et St Marcellin empruntant sur la fin le GR du tour du Sauveterre.

- 13 h 30  Je fais donc demi tour, et je pars en direction du second village semi troglodytes des Eyglazines en repassant par le cirque de St Marcellin. Parti de Mostuéjouls avec un ciel couvert et menaçant, j' ai maintenant retrouvé le soleil !

- 14 h 30  (5 h 30 de randonnée)  J' arrive au village des Eyglazines, que je trouve moins bien conservé que  St Marcellin.

 

Eglazines et Saint-Marcellin, deux villages troglodytes, sont accessibles uniquement à pied. Juchés au dessus des Gorges du Tarn, à  150 m d' altitude, ces constructions datent remontent au temps des seigneurs. A Eglazines, on peut encore voir les murets qui servaient à retenir la terre pour les cultures en pente, (vigne) qui fut l'une des plus importantes productions de la région. Le village a été habité jusqu'en 1960.

- Saint-Marcellin comptait une douzaine d'habitants. Jusqu'en 1830, il fut un  lieu de pèlerinage,de nombreux pèlerins venaient de tous les alentours pour y invoquer la pluie. Par manque de place , les paroissiens étaient enterrés dans le chemin ou dans la chapelle elle-même. A la sortie du village se trouvent les ruines d'un vieux Château . Le Château, simple mur fermant une caverne,  se constituait de trois étages auxquels on accédait par des échelles.

 

- 16 h 15 (6 h 45 de randonnée)   Je suis de retour à Mostuéjouls. Superbe randonnée en circuit, notamment le retour au dessus de la vallée du Tarn jusque le Rozier Peyreleau. Il y a de multiples possibilités d' itinéraires mais les trop rares pancartes indicatrices ne m' ont pas permis d' en profiter, et  j' ai eu un peu de mal à m' orienter car mon application Iphigénie s' était déconnectée en cours de route sans que je m' en aperçoive. 

 

-  16 h 30  Je repars en voiture en direction de Millau à la recherche d' un super marché pour effectuer quelques emplettes ! J' en profite pour acheter un ouvrage sur les ballades sur les causses " ballades à pied" de chez Chamina éditions.

-  18 h 15  Courses faites, je remonte camper à Mostuéjouls pour la nuit.

-  18 h 45  A peine arrivé, je recherche dans le livre acheté, des idées de randonnées pour le lendemain, j' hésite sur plusieurs itinéraires : Randonnée Ermitage St Michel depuis Peyreleau, randonnée dans le cirque de St Chély du Tarn ou randonnée spéléo autour de la grotte de Nabrigas près de Hure la Parade. Pour demain, je retiens la première citée qui se trouve à proximité immédiate de Mostuéjouls.

 

Mardi 21 mai 2019

 

-  7 h 15  Je me lève. 9° extérieur, 17° dans la voiture. Le temps est mitigé, des nuages, du soleil par moment ! Je prépare le randonneur pour être pr^t à démarrer dès mon arrivée au départ de la randonnée.

-  9 h 00  Je suis à Peyreleau stationné sur une petite placette à l' entrés du village à proximité des commerces. Beaucoup d' effervescence dans le village ... des groupes de randonneurs se préparent !  

 

Circuit randonnée Ermitage St Michel / Champignon préhistorique

 

Depuis Peyreleau     Aveyron

 

 

 

 

randonnee ermitage st michel champignon prehistorique

 

 

 

-  9 h 15   Je suis parti pour une randonnée qui doit dans un premier temps me mener aux vestiges de l' Ermitage St Michel puis emprunter les balcons au dessus de la Jonte. Je rejoins le pont du Rozier qui enjambe la Jonte, et je prends immédiatement un sentier sur la gauche qui suit le cours d' eau jusqu' au barrage. A cet endroit, je rejoins un premier groupe imposant de randonneurs, je n' ai pas pu prendre le temps de tenter d' observer les éventuelles traces des loutres et castors pouvant séjourner dans les berges  ! Après le barrage, le sentier rejoint un chemin en terre et commence à grimper au dessus de la Jonte en rive gauche,  en surplombant petit à petit  la vallée. Une  ruine sur la droite du chemin  signale une ancienne exploitation de charbon. 

- Plus haut, le chemin se transforme en sentier et monte rudement en lacets en direction de l' Ermitage St Michel, c 'est là que je croise un deuxième groupe imposant de randonneurs toujours aussi bruyants et bavards !

-  11 h 00  Arrivé à l’ermitage Saint Michel, 200 mètres plus haut, je visite les ruines. La première échelle me mène à l’ancienne chapelle ( qui doit donner son nom actuel au site ?) et j' atteins un premier un promontoire. Je grimpe ensuite  entre  deux rochers pour atteindre une seconde plate forme  où une échelle mène à un porche. Une main courante permet alors d'  accéder au haut du châteauCar en effet, en guise  d’Ermitage Saint-Michel, il s' agit en fait des ruines du château de Montorsier. Elles dominent les gorges de la Jonte quelques kilomètres à l’est de Peyreleau. C'est une ancienne forteresse dénommée à présent Ermitage Saint-Michel, peut-être à cause de ancienne chapelle romane implantée plus bas. 

- La grimpée nécessite un peu de de s'employer physiquement et je suis un peu en sueur avant d' emprunter la descente ! Plus bas, La randonnée reprend dans la réserve biologique  du Cirque de Madasse. Le sentier serpente à travers les ressauts des falaises calcaires,  et la forêt omniprésente du Causse. Les points de vue se multiplient sur l' itinéraire, notamment  les ruines de l' Ermitage vues d' en haut !

-  Je poursuis la randonnée sur les crêtes  dans la direction du rocher du champignon préhistorique et du Rozier.  Une dernière montée permet d' accéder enfin à ce rocher étrangement dénommé ! Un gros bloc rocheux érodé en forme de champignon surgit de nul part  au bout de la grimpette !.

_ Ce type de  rocher dénommé pédonculaire n' est pas rare sur les Causses. Il aurait été appelé  "Rocher du Champignon préhistorique" au19 ème siècle, par un promeneur qui le  comparait à un champignon, pétrifié .

- C est un imposant rocher  situé à  893 mètres d' altitude sur le Causse Noir. Long de 22 mètres, c’est le plus grand des Causses ! Il est à présent un peu isolé et masqué par la végétation. Rocher en forme de table, il ne repose au sol que par un pied assez étroit, son toit circulaire culminant à 5 mètres de hauteur constitue un abri naturel qui aurait autrefois servi de bergerie.

 

-  12 h 30  (3 h 15 de randonnée)  Je quitte le site du Champignon juste avant l' arrivée d' un nouveau groupe de randonneurs !  je suis assez chanceux cependant d' avoir pu être seul et au calme sur les deux sites remarquables de la randonnée ! Le temps est à présent couvert et l' air est frais ! Je poursuis quelques centaines de mètres vers l’ouest, et  un remarquable belvédère m' offre une vue splendide sur Peyreleau (  au pied d' un relais de télévision, hélàs ! ). Un banc bienvenu m' invite à faire une pause casse croûte !

-  Je retourne sur mes pas et je prends le chemin de  descente qui va s' avérer long et sinueux, accidenté au début.

-  14 h 00  Je suis de retour à Peyreleau après 4 h 40 de randonnée, 9,5 km parcourus et 470 m de dénivelé. Superbe circuit varié " qui parle aux yeux " ! Il y a de quoi " bourlinguer" dans ce secteur des Causses !

 

-  14 h 45   Matériel rangé et petite collation prise, je reprends la route en direction de Durfort dans le département du Tarn avec l' intention de découvrir et parcourir la nouvelle via ferrata de Malamort.

-  18 h 15  Je suis installé à Sorrèze près de Durfort et pas très loi

n de la via ferrata. Grand parking avant le centre ville, proche des commerces. J' ai la confirmation que le site de la via est bien ouvert et praticable, je la ferai demain !

 

Mercredi 22 mai 2019

 

-  7 h 30   Je me lève, 11° extérieur et 18° dans la voiture, temps ensoleillé, quelques nuages. Parking un peu animé donc bruyant ... je me suis levé tôt !

-   9 h 00  Je suis le site de la via, je prépare le ferratiste.

 

 


Via ferrata de Malamort - gorges du Sor

 

Durfort    Tarn

 

 

 

 

 

 

La via ferrata Malamort construite dans les gorges de Sor, près de Durfort, dans la montagne Noire est toute récente (Avril 2019). Deux parcours , un facile et un  difficile, traversent et retraversent les parois qui dominent le gouffre de Malamort, le tout au dessus des eaux vives du Sor.  Passerelles, ponts de singe,  tyroliennes et  traversées aériennes animent ce site naturel. 40 m de dénivelé, parcours de 1 h 30 à2 h

AccèsSur la D85 qui relie Revel à Dourgne, bifurquer sur la D44 pour rejoindre Durfort. Traverser le village et suivre la route de Malamort qui mène dans les gorges. Se garer  sur le parking de la ferrata, juste avant de traverser le torrent passerelle).

 

-Description du parcours :

-  approche en 10 minutes,  du parking, suivre sur la piste qui longe le torrent avant de le traverser sur un petit pont. Ensuite petite montée en forêt et  départ, sous l’arrivée de la tyrolienne finale de la via normale.

-  parcours facile de 1 h environ avec 2 passerelles, 1 pont tibétain et 2 tyroliennes (45m environ). Après avoir traversé d' une manière aérienne plusieurs fois  la cascade du Sor, une traversée rocheuse mène à la 1ère tyrolienne ( petite plateforme de reception de bois). Ensuite, nouvelle traversée et petit mur pour descendre au départ de la 2ème tyrolienne. Réception sur une plateforme de bois sous un rocher non loin du départ initial et fin de parcours.

Parcours Sportif (1h à 2h00) Classé difficle. Même départ que la via normale et à la sortie de la 2ème passerelle, monter le mur légèrement déversant. Descente ensuite par une échelle fixe en paroi et prendre la 1ère tyrolienne. Monter alors le passage le plus aérien du site suivi d'un itinéraire en arête toujours aussi aérien, avant de revenir en traversée  jusqu’à un  pont tibétain puis plus loin le pont de singe. Ensuite, montée jusqu’à la seconde tyrolienne (30m ) qui marque la fin du parcours sportif. Sortie de la via en partie supérieure du site, au niveau du barrage.

Retour en  10' À 15'

Location de matériel  au bar Le Cyrano au village .


-  9 h 15  je remonte le long du Sor en direction de la via ferrata de Malamort. Je croise un pêcheur, ce sera ma seule rencontre de la sortie ! En 10' je suis sur le site de la via ferrata, attiré par le barrage, je dépasse sans le voir le point de départ de l' itinéraire et je me retrouve à contre sens sur l' itinéraire de sortie ! Demi tour, je redescends jusque l' arrivée de la tyrolienne de la via facile ... je suis alors à hauteur du départ du circuit et je ne tarde pas à apercevoir sur ma droite les différentes traversées en ponts divers et variés ! Je choisis de faire le parcours sportif.

-  La cascade fournit l' ambiance sonore avec le cours d' eau, l' enchevêtrement des différentes traversées en ponts me laisse donne une impression de débauche d' équipement artificiel concentré au dessus du Sor ! Le site naturel en prend un coup ! Pour l' animation ludique du site, ce sera sans aucun doute très réussi, car dès qu'il y aura du monde (je pense notamment aux groupes) il y aura de l' ambiance et sans doute des cris sur les traversées !

-  La suite du parcours devient alors sportif, avec un beau mur à gravir avant de rejoindre en légère traversée descendante une échelle fixe qui permet d' accéder à la première tyrolienne. "Elan s' abstenir" pour arriver avec la poulie rapide, en douceur sur la plate forme de réception. Je suis alors à l' opposé de la cascade et après une première traversée la partie aérienne commence avec une montée verticale qui mène à une seconde traversée en partie en arête. C' est la partie la plus montagne du parcours ! Au bout de la traversée, j' atteins la seconde tyrolienne qui  part en sens inverse de la première et ramène à hauteur du site de départ et aussi de la sortie qui s' effectue par le haut du barrage.

-  Dans l' ensemble via ferrata assez sportive sans être difficile (AD de mon point de vue), avec un attrait ludique spécifique pour sa première partie. Très concentrée sur un espace de 150 m, elle devrait plaire aux familles, à la jeunesse et constitue un superbe spot d' initiation. J' ai effectué le parcours sportif en 50 ' (prises de vues comprises) . 

 

-  11 h 20  Matériel de via ferrata rangé, je pars en direction de Mazamet toujours dans le Tarn. Cette fois ci, c' est pour attaquer le col du Pic de Nore à vélo !

- 13 h 00  Je suis stationné sur le haut de Mazamet juste au pied de la route qui mène au Pic (col) de Nore. Auparavant je suis allé à la vierge de Hautpoul, superbe panorama sur Mazamet et sur la célèbre passerelle .

 


 


 

 


 

 

 

 

Monté à vélo au Pic de Nore

 

Mazamet    Tarn

 

 

Routeyou circuit velo pic de nore depuis mazamet tarn

 

-  Le Pic de Nore, , c’est le petit Ventoux à 1211m ( similitude avec leur antenne). Situé  à la frontière des 2 départements du Tarn et de l’Aude, Il se trouve en plein cœur de la Montagne Noire

-  la montée par le village de Pradelles-Cabardès depuis Mazamet est plus douce avec une route en bon état. La descente par Yèz est beaucoup moins confortable !

-  L’autre montée, toujours depuis Mazamet,  passe par le lieu dit « les Yez ». Celle-ci est plus redoutable. Arrivé à la bifurcation vers le lieu dit, un panneau vous indiquera 12 km, 690m de dénivelé avec une pente moyenne de 6,5% et des passages à 11%. Mais finalement, le plus dur est l’état de la route qui est très dégradée. Par contre la plus grande partie est ombragée à part les deux  derniers kilomètres.

 

- 14 h 00  Départ du cycliste pour le col, à partir de la rue de la Resse dans le haut de Mazamet, qui mène à la D54. Montée en direction de Hautpoul et je quitte donc assez rapidement le haut de la ville en passant devant le parking voitures aménagé pour accéder à la passerelle piétons (et vélo à pied) qui mène à Hautpoul depuis les contreforts de la ville.

-  Un peu plus haut que  Hautpoul, je quitte la D 54 pour bifurquer à gauche sur ce que je crois être la D87 en direction du village des Yèz. C 'est une route balisée pour les cyclistes ! Il y a un panneau indicateur tous les kilomètres. Route dont l' état est assez médiocre, non conseillée pour la descente ! Je monte à ma main, sans forcer, pratiquement pas de voitures sur cet itinéraire. La montée s' effectue essentiellement en sous bois, sauf la partie terminale , courte mais plus pentue (11%), qui s' effectue en paysage découvert sous la surveillance de  l' antenne du Pic de Nore

-  1 h 30 de montée pour 12,4 km et 780 m de dénivelé, 6,3 % de moyenne et 11 % maximum. Le sommet de Nore est coiffé d' une antenne gigantesque de plus de 100 mètres au dessus de ses bâtiments d' installation. Point de vue remarquable sur les environs malgré la brume qui inonde les vallées ! Des tables d' orientation permettent de distinguer le Canigou et le Bugarach entre autres.  Une équipe de motards pétaradant "squate" la plate forme d' arrivée !

-  Je redescends par Pradelles Cabardès (D87 puis D54), la route est plus longue de ce côté pour rejoindre Mazamet, mais en meilleur état !

-  42 km kilomètres parcourus dans ce circuit pour 947 m de dénivelé. Agréable circuit et belle découverte de la Montagne noire !

 

-  18 h 15  J 'ai rangé le matériel et je repars en direction d' Olargues dans l' Hérault.

-   19 h 30  je suis à Olargues stationné pour la nuit !

 

Jeudi 23 Mai 2019

 

- 8 h 00  14° extérieur, 21° intérieur, Beau temps ! Le parking se remplit (services technique, collège, maison des services), je ne suis plus seul ! Je prépare le cycliste pour aller faire le col de Fontfroide en aller et retour depuis Olargues.

-

Montée à vélo du col de Fontfroide

Olaargues    Hérault

 

 

 

Routeyou montee du col de font froide a velo depuis olargues herault

 

-  Le col de Fontfroide, une très belle ascension à vélo du département de l' Hérault ! Partant de la vallée de l' Orb, et d'un des plus beaux villages de France  (village médiéval d' Olargues), il part à l' assaut des Monts de Lacaune, face au massif de l' Espinousse. Nous sommes dans le massif du Caroux, col très agréable à gravir pour ses paysages et son exposition (s'il n' y a pas trop de vent !).Altitude su sommet à 972 m, 12 km de montée, 797 m de dénivelé pour un pourcentage moyen de 6,7 % et un pourcentage maximum de 10 %.

 

- 9 h 30  Départ depuis le grand parking près du collège et de la maison des services à Olargues. Petite traversée du village en direction de St Pons, pour rejoindre un kilomètre après, sur la droite, la D14 en direction de La Salvetat sur Agout. J 'ai un peu de mal au début de la montée (7%), car insuffisamment échauffé et musculature endolorie par mon programme d' activités multiples de la semaine ! Un peu plus loin, la pente se radoucit (6%) en même temps que la route parvient à un secteur boisé, les rampes se succèdent avec de belles épingles qui permettent de se relancer ! Je monte à l' économie pour me réserver pour la partie terminale, plus abrupte ! Je croise des cyclistes descendant, mais dans mon sens je ne verrai personne !

- Au fur et à mesure des rampes et des lacets, je sors de la forêt à l' approche du col du Poirier (km 6,5) et la pente se raidit (7,5%) pour rejoindre au km 8 de nouveaux des lacets qui ramènent la pente aux alentours des 5 % ! La montée devient aérienne  avec un beau panorama ! Depuis le début, la montée est bien exposée au soleil ! Au sortir des lacets, je suis dans la partie la plus difficile du col avec un passage autour des 10 % ! Un peu de répit, par un nouveau passage en forêt  ( rafrîchissement sensible !), puis je suis dans le dernier kilomètre avec une belle vue sur la vallée.

-  Le sommet se découvre face à la forêt de l' Espinousse, l' endroit est presque plat, calme avec un dolmen et un monument de la Résistance. Pas de vue panoramique au sommet (un peu déçu), je me contenterai de la vue des éoliennes ! De l' autre côté du col la descente mène à La Salvetat sur Agout permettant d' envisager un circuit vélo ! Pour ma part, ce sera demi tour et retour à Olargues pour une belle descente confortable !

-  12 h 00  Retour à Olargues et son magnifique pont ferré de l' ancienne ligne de chemin de fer Mazamet/Bédarieux, aménagée aujourd' hui en voie verte qui mène de la vallée de l' Orb puis du Jaur, traverse Olargues, passe par le tunnel du col de la Fenille, puis la vallée du Thoré . Voie verte du Haut Languedoc "Passa Païs" longue de 76 km entre Mazamet et Bédarieux ! A tenter en version cyclotouriste !

 

-   12 h 30  Une bonne potée aux choux, rien de tel pour se "ravigoter" ! 

-   13 h 45  Petite sieste réparatrice et départ en direction de l' A75 par Lodève ! J' ai décidé de franchir le viaduc de Millau en voiture (première !) ... déçu, on ne voit rien ! C 'est finalement plus impressionnant d' en dessous ou de loin !

-  17 h 15  Je suis stationné  pour la nuit à Le Rozier sur la petite placette en bas du village, au bord de la Jonte. Il fait chaud, 29° extérieur ! Je n' ai pas encore décidé ce que je ferais demain, gorges du Tarn où gorges de la Jonte ? . . . en randonnée bien sur ! Je me déciderai demain matin sur un coup de coeur !

 

Vendredi 24 Mai 2019

 

- 8 h 30  Je me lève ! Après le déjeuner, je fais quelques courses et au retour décision prise , je pars en direction de St Pierre des Trippiers pour aller randonner du côté des trois arcs de St Pierre. Je passe par le Truel et j' emprunte une montée étroite (souvenir d' une précédente rando depuis La Bourgarie) , évidemment je croiserai quelques habitants et politesse oblige je les laisserai passer . . . alors que je monte, je ferai même une belle marche arrière dans un passage sinueux !

-  9 h 50  Je suis stationné à St Pierre des Trippiers 

Randonnée grottes de la Baumelle / Arcs de St Pierre

St Pierre des tripiers   Lozère

 

 

 

Routeyou randonnee grotte de baumelle et arc de st pierre depuis st pierre de triviers 1

 

-  Cette randonnée est une immersion protohistorique. Sur l' itinéraire, la Grand Place  et son monolithe de calcaire, la grotte de la Baumelle qui a du servir d' habitat, la grotte de l'homme mort appelé ainsi en raison des squelette humains découverts, le village gallo-romain des Résiniers et enfin les 3 grands arches de Saint Pierre.

- 10 h 00   Avant de partir en randonnée, petite visite au village de St Pierre des Tripiers née au moyen âge devenue une commune à multiples hameaux . . . La viale, Cassagnes, Le Truel . . . la mairie de St Pierre se trouve d' ailleurs en bas du plateau dans la vallée de la Jonte à Le Truel ! Le village est né beaucoup plus tôt autour d' un prieuré dont il reste l' Eglise Romane de St Pierre.

-  A la sortie du village, je pars en direction du hameau de la Viale en évitant la route pour prendre le sentier qui file sur la gauche, puis je remonte vers le carrefour (parking habituel des randonneurs) pour poursuivre par un large chemin vers "La Grand Place" ! Très belle enceinte circulaire que l' on trouve sur la droite du chemin principal, le détour vaut le coup !  Magnifique travail d' érosion qui laisse découvrir un beau monolithe de 10 m de hauteur, entouré de rochers ruiniformes et d'arches de pierre ! . . . qui ne sont pas celles de St Pierre !!! 

- 11 h 00  J' arrive à la grotte de  la Baumelle, après une petite grimpée, vaste abri sous roche qui a dû  servir de bergerie plus récemment mais a été un  lieu de vie et d' habitat sur le Causse  de nos ancêtres  (Age de cuivre) ( des poteries et quelques pointes de flèches tranchantes y ont été retrouvées).

-  Je retourne ensuite sur mes pas, pour reprendre la direction des Arches de St Pierre et au passage visiter et donc traverser la Grotte de l'Homme Mort . Cette grotte a aussi une histoire pré historique remarquable ! A proximité de cette dernière,  le Docteur Barthélémy Prunières et le Professeur Paul Broca  découvrirent une cinquantaine de squelettes humains datant de l'Age du cuivre (-2 200 à -1 800 ans avant JC.

-  " L'intérêt de ce site, ce sont  des crânes portant des lésions du type trépanation, en voie de cicatrisation. Opérant de manière assez brutale au départ avec un burin de silex, l'os spongieux passé, le "chirurgien" attaquait la table interne de l'os crânien avec davantage de précautions. Cette trépanation rituelle s'opérait sur les adultes mais sa finalité reste floue ".

-  J' arrive ensuite sur  un ancien habitat ancien de résiniers, dont l' origne se situe autour des 1ers et 2ème siècle . Il ne reste reste que des vestiges de  murs en pierres sèches et une petite cavité. Des trous sur certains rochers laissent supposer l' emplacement d' anciennes  poutres soutenant la toiture. Les habitants appelés les "résiniers" en raison de leur activité d' exploitation de la sève (la gemme) des pins. Ces résiniers distillaient  les écorces et branches des pins abattus et exploités pour leur bois (fours des potiers de la vallée). La résine extraite sur place, stockée dans des urnes, servait au calfatage des embarcations (poix).

- Au passage, surprise de la découverte de la Poule de Houdan , rocher ruiniforme émergeant des pins, à la ressemblance remarquable avec la poule dite de  Houdan (Yvelines, Eure et Loir).

-  12 h 00  Je poursuis la randonnée pour enfin arriver aux Arches de St Pierre ! Ces sont les plus belles Arches de pierre du Causse, par leur masse et leur disposition, les deux premières en enfilade ! Constituée de dolomie (roche sédimentaire)  elles résulteraient de la dissolution du calcaire tendre dans un ancien et important réseau souterrain aujourd'hui effondré. Il ne resterait que quelques parties de la voûte, les arches ! Située en pleine forêt, elles ne s' accompagnent d' aucun panorama sur la vallée de la Jonte ! Hélàs ! La troisième arche, vu son aménagement aurait servi de bergerie ou d' abri agricole  dans des temps plus récents.

-  12 h 30  Je repars des Arches de St Pierre en rebroussant chemin après une randonnée constituées découvertes successives et spectaculaires sur un itinéraire finalement assez court !  7 km, 100 m de dénivelé. J 'ai bénéficié d' un temps clément, un peu frais mais . . . le soleil s' en est allé !  Retour tranquille sur St Pierre des tripiers après une petite pause casse croûte !

- 13 h 00  Retour au village . . . à peine arrivé, les gouttes tombent . . . il pleut à grosses gouttes . . . gros nuages noirs . . . les randonneurs que je vois arriver à pied, pour l' après midi, sont servis !!!

 

- 14 h 00  Matériel de randonnée rangé, petit encas avalé, je file par l' A75 vers Clermont- Ferrand direction la maison ! Pluie violente sur la route ! Vadrouille terminée pour ce mois de mai 2019, 8 journées bien remplies avec à la clé 9 activités pratiquées et toujours de belles découvertes !

 

 

 

Ajouter un commentaire