VAR Mars 2017

VAR

Randonnées, spélélogie

Mars 2017

 

 

 

Mercredi 29 mars 2017

 

- 18 h00  Départ d' une "vadrouille" qui va me mener dans le Var ! ... Pfui !!!  J' ai oublié mon vélo de route ! Demi tour, heureusement, chaque fois que je pars, je me fais un petit check up dans les premiers kilomètres et je me suis aperçu de l'oubli à temps ! Cette fois ci je descends vers le sud au plus vite en prenant l' autoroute, ce qui n' est pas dans mes habitudes ! Le tunnel de Fourvière est très roulant, je serai vite de l' autre côté de Lyon.

- 22 h 00  Je suis stationné pour la nuit sur l' aire de Signes dans le var, je suis au milieu des camions sur le parking réservé aux voitures !

 

 

Jeudi 30 mars 2017

 

- 8 h 30  9° extérieur, je me lève, pas trop gêné par les camions au petit matin, le sommeil a été réparateur ! Petit déjeuner rapide avec ma nouvelle cafetière expresso récemment offerte pour mon anniversaire, je déroge au traditionnel nescafé !

- 9 h 00  Rasé de près, je pars en direction de Signes le village pour un projet de randonnée dans la région où a été tourné le film Manon des Sources. En route je fais quelques courses à Cuges les Pins, ensuite j' aurai du mal à trouver une place de stationnement à Signes (jour de marché), j' opte donc pour un stationnement discret à hauteur du Vieux Mounoï, dans la plaine du Grand Seuil à hauteur de l'usine de traitement des eaux. Je prépare le randonneur ... spéléo !

Randonnée spéléo  grotte de Manon des sources

 

Depuis la plaine du Grand seuil    Signes   Var

 

 

Randonnee speleo vieux mounoi grotte de manon charnier de signes bassin des perdrix

 

- Je suis donc stationné à hauteur du Vieux Mounoï, dans la plaine du Grand Seuil en face  de l'usine de traitement des eaux. Je prépare le randonneur ... spéléo ! Pas besoin d' équipement spécifique, hormis casque et éclairage ! L' idée de cette randonnée m'est venue quant je me suis rendu compte que c' était dans cette région que le film " Manon des Sources " de Claude Berri avait été tourné ! La possibilité de retrouver certains lieux cultes, notamment la "grotte de Manon", m' a immédiatement motivé ! Je pars un peu dans l' improvisation, je me fixe comme premier objectif de rejoindre le "vieux Monoï, puis la grotte qui doit être située un peu au dessus.

- Après un parcours en sous bois, puis une piste cimentée (aménagement sans doute rendu nécessaire pour lutter contre les incendies ), je rejoint une piste en terre qui part en direction du vallon des Marseillais. Peu avant , dans une clairière, je tombe nez à nez avec un puits aménagé, assez profond et dès que je me retourne j' aperçois la "bâtisse" du vieux Mounoï ! Il s' agit d'une ancienne bergerie, qui aujourd'hui est en ruines. Puits et potager permettaient d' y vivre en autarcie.

- Je poursuis mon chemin en remontant sur la gauche du Vieux Mounoï et en bifurquant sur la droite dès que je suis parvenu sur le plateau. Ensuite jeu de piste pour trouver la grotte du Vieux Mounoï, alias grotte de Manon, quelques cairns par ci par là et surtout des marques de peinture verte permettent de s' y retrouver dans cette végétation débordante ! Il s' agit d' un aven grotte, donc attention de suivre la bonne sente qui mène au vaste porche et de ne pas s' aventurer dans la végétation au risque de se retrouver au bord de l' aven ! La végétation a repris ces droits aux abords de la grotte, un énorme lierre semble soutenir la cavité ! C' est ici que le film de Claude Berri  ( Manon des Sources) a été tourné. La fameuse séquence  ou Manon découvre la source qui alimente le bassin de la Perdrix et le village des Bastides Blanches et décide d' obstruer l' écoulement pour se venger des habitants ! Cette grotte a une très ancienne histoire, puisqu'elle servait de bergerie à l' époque néolithique ! (des bronzes et des poteries y ont été découverts).Une source devait alimenter cette bergerie.

- J 'en profite pour visiter les profondeurs de la grotte (parcours spéléo sans grande difficulté, mais casque et éclairage indispensables). Quelques vieilles concrétions s' offrent alors au visiteur sportif !

- Je ressors de cette belle cavité historique, pour redescendre vers le vallon et prendre la direction du vallon des martyrs. C'est le "charnier de Signes" 38 résistants y ont été fusillées et enterrés en 1944. Ce site  devenu une nécropole produit une émotion certaine au randonneur ( plaques mortuaires, autel,  cyprès).

- Au sortir du mémorial, je prends sur la droite et je remonte le long d'un ruisseau asséché (le torrent de la Roque)  pour parvenir au "bassin de la perdrix ", ce bassin fut construit pour les besoins express du film.

- En retournant vers la plaine du Grand seuil (mon point de départ), je fais un détour jusqu' au parc de panneaux solaires au dessus des carrières. Ensuite je rejoins la voiture ! 4 h 30 de randonnée avec une immersion souterraine de 45 ' le tout pour 10 km environ et 230 m de dénivelé. Belle randonnée facile à compléter par d' autres lieux à visiter (Château Renard pour la bastide des Romarins et le mas Crispin).

 

 

- 18 h 00  Je suis stationné à Plan d' Aups. Superbe montée en lacets depuis Géménos. Auparavant je suis allé repérer l' hostellerie de la Ste Baume, qui constituera le point de départ de ma randonnée sur le sentier Marcel Estruch de demain ! Stationnement au calme près de la salle des fêtes (sans fête !) , avec toutes les commodités souhaitables dans le village. 

 

Vendredi mars 2017

 

- 8 h 30   9° extérieur, après le petit déjeuner, je vais faire mes courses habituelles au village ... en plus c'est jour de marché ! 

- 9 h 30  Je suis stationné devant l' hostellerie de la Ste Baume, je prépare le randonneur. Le sentier étant réputé difficile, je prends un peu de matériel supplémentaire (corde,baudrier de fortune ...).

 

Randonnée sportive Sentier "Marcel Estruch"

 

Depuis l' Hostellerie de Sainte Baume    Var

 

 

 

 

Randonnee sentier marcel estruch depuis l hostellerie de la ste baume var

 

 

- 9 h 30     Randonneur prêt, je pars en direction du sentier sportif " Marcel Estruch". Encore peu de monde à cette heure ! Avant de partir en direction du sentier Marcel estruch, je fais un détour par la grotte Marie madeleine et la basilique de saint Maximin - la Sainte Baume. Montée très agréable en sous bois, par une allée large et aménagée d' escaliers. Une basilique magnifique à visiter! Pour la  nef, la chaire et la crypte avec les reliques de Saint Maximin et Sainte Marie Madeleine ! Calme et sérénité absolue à cette heure, il n' y a aucun visiteur à ce moment !

 

- La Grotte de Sainte Marie-Madeleine à la Sainte-Baume, en pleine montagne de La Sainte Baume,est une cavité dans laquelle serait venue se réfugier Ste Marie Madeleine pour ses dernières années. Aujourd'hui, c'est un sanctuaire abritant une partie de ses reliques et qui se visite librement après une montée pédestre de 45 minutes. 

- Il se raconte que " quelques années après l'Ascension de Jésus, Marie-Madeleine, Marthe, son frère Lazare et quelques femmes, parties de Jérusalem. débarquent aux Saintes Marie de la Mer. Marie-Madeleine choisit la solitude et la contemplation et rejoint le massif de la Sainte Baume. Au pied de la falaise s'ouvre une grotte où le soleil pénètre peu. C'est dans cet abri rustique que Marie Madeleine se réfuge. Pendant 30 ans , la sainte recluse se nourrit de végétaux et boit l' eau du ciel.  Marie-Madeleine, sept fois par jour, recevait la visite des anges et sept fois elle était ravie en extase. Les anges, voyant approcher l'heure suprême, avertirent Madeleine que sa délivrance était proche. Ils l'enlevèrent dans les airs et la déposèrent sur la voie Aurélienne, près de l'ermitage de saint Maximin. Celui-ci lui donna le saint Viatique, recueillit son dernier soupir, embauma son corps et le plaça dans un superbe mausolée. Sur le lieu de ces restes sacrés devait s'élever plus tard une magnifique basilique, celle de Saint-Maximin. Ainsi, la grotte où s'est retirée la Sainte est en vénération depuis les premiers siècles de la chrétienté. Sa renommée attire de nombreux pèlerins, parmi lesquels des personnages illustres. De nombreux Rois de France, dont Saint-Louis et Louis XIV, plusieurs Papes, des milliers de grands seigneurs et des millions de fidèles feront le pèlerinage de la Sainte-Baume "


"Le sanctuaire est une grotte qui peut contenir plus de 500 personnes et à laquelle on accède par un escalier de 150 marches. Le lundi de Pentecôte a lieu ici le pèlerinage de toute la Provence. Pour rejoindre la basilique et la grotte, le chemin des Rois a été aménagé à la fin du XIVème siècle lors de l’installation des Dominicains au Couvent Royal de Saint Maximin et à l’hôtellerie de la Sainte-Baume. Jusqu’à la construction en 1897 de la départementale 80, ce chemin fut le seul accès au plateau du Plan-d’Aups depuis Nans. Des 7 oratoires d’origine, il n’en reste que 4. Ils ont été érigés en 1516 par l’Archevêque d’Arles".

 

Thumbs up 48 1​ Histoire de la Grotte de Sainte Marie madeleine

Thumbs up 48 1La Sainte Baume, haut lieu de randonnée

- 10 h 30  Je ressors de la Basilique toujours imprégné par le calme et la sérénité du lieu ... et je m' apprête à redescendre en direction des Béguines ... Des éclats de voix commencent à se faire entendre ... puis une ambiance de bavardage ...Après le second escalier, dans la descente, je me trouve nez à nez avec un groupe d' au moins 50 randonneurs accaparés par leurs discussions, c' est tout juste s' ils me perçoivent ! Je poursuis ma descente pour rejoindre et suivre pendant un moment le chemin des Roys jusque l' intersection avec le sentier merveilleux que je vais emprunter en négligeant  le sentier des excursionnistes Toulonnais qui part plus à droite au plus prés de la falaise (sentier étroit mais plus beau et plus tranquille). Aujourd 'hui, je suis pressé d' arriver au sentier Marcel Estruch, donc je prends le chemin bien large. Je suis dans le magnifique sous bois de la forêt de Ste Baume ( chênes,sapins,ifs,ormes,hêtres). Le sentier mène au carrefour du grand hêtre mort, à partir duquel je m'engagerai à droite sur le sentier du Pas de l' Aï. Au deuxième lacet qui part à gauche, on devine la sente qui part à droite et constitue de ce côté le début du sentier Marcel Estruch. Une indication " Estruch" peinte en jaune marquée sur une dalle confirme la bonne direction. C'est le changement de direction à ne pas manquer !

- 12 h 00 - 7 km de rando en 2h20 et 520 m de dénivelé - Je m'engage sur le sentier qui est tracé en grande transversale bien en dessous de la crête surplombant le sentier merveilleux, il n'y aura donc pas beaucoup de dénivelé ! Quant je dis sentier, c' est beaucoup dire, car cet itinéraire peu fréquenté sans doute laisse la part belle à la reprise de la végétation ! Il faut donc se fier plus à une vague sente et rester attentif tout le long de la traversée ,surtout quant la sente disparaît, aux marques jaunes tracées sur les rochers (quatre points jaunes, orientés quelques fois pour indiquer les changements de direction). 

- Pour commencer, la sente est facile et assez rassurante, même si il faut toujours être attentif pour vérifier que on est bien sur le bon itinéraire, on est jamais loin de la paroi ci qui constitue un bon repère. Pendant près d' une heure, je vais même commencer à désespérer de trouver des passages sportifs ! Il y a bien un peu d'escalades et désescalades courtes, un peu de vide par endroit sans plus ! La végétation est assez riche en ce début de printemps, et cache assez souvent l'itinéraire ! La traversée se fait en face nord sous le signal des Béguines, grosso modo à mi hauteur.

- C 'est un peu plus loin que les véritables difficultés commencent ! J' en profite donc pour une pause casse croûte avant de poursuivre le sentier ! Je suis à mi chemin entre l' aplomb du signal des Béguines et Le Jouc de l' Aigle. Ensuite, premier passage délicat, un pas exposé en traversée en léger surplomb ! Une mini chaîne unique pendue, permet de franchir le pas en pendulant ! L' équipement certes facilitant, dépend de l'unique point d' ancrage de la chaîne, il faut donc donc avoir confiance ! On est loin des équipements style via ferrata ! Le parcours est alors constitué de passages sportifs qui demandent de l' attention, car exposés ! Une seconde chaîne pendulaire aide à franchir un second pas.

- Tout l'itinéraire se déroule avec à gauche, les hautes falaises de la Sainte Baume et à droite la pente escarpée et quelque fois abrupte qui plonge sur la forêt Domaniale de la Ste Baume, le panorama est magnifique ! des groupes de randonneurs arpentent le sentier merveilleux dans un sens ou dans l' autre juste en dessous de la sente en balcon où je suis.

- J ' arrive au dernier tiers du parcours avec des passages en cheminée à l' escalade pas trop difficile, du sentier de chèvres alternant avec les difficultés, des passages exposés en corniche, cette fois ci bien protégées par des chaînes solides et ancrées dans les règles de l' art ! C'est plus rassurant que les chaînes pendules ! Je négligerai le sentier des grimpeurs qui part sur la gauche pour rejoindre la crête de la Sainte Baume.

- Le passage peut être le plus impressionnant, est le franchissement d'un ressaut d'un peu moins de 10 m où une longue chaîne bien tentante mais à l' amarrage invérifiable vu du bas me tend les bras ! Ma méfiance pour ces ancrages incertains, habitué aux équipements sécuritaires de la pratique spéléo, me persuade d'utiliser tout ce qui peut se présenter comme prises naturelles ! Le passage est aérien et j' y prends beaucoup de plaisir !

- La fin du parcours du sentier Marcel Estruch se fait par la fin de la traversée sur un terrain escarpé mais plus facile juste avant de franchir un éperon rocheux en escalade dans une brèche que l' on franchit pour parvenir sous le col du St Pilon (attention de ne pas s'égarer). La fin de traversée débouche au niveau des escaliers de pierre qui mène au col du St Pilon.

- 16 h 15 - 6h 40 de rando pour 830 m de dénivelé depuis l' hostellerie, 9,5 km parcourus, je finis le sentier Marcel Estruch  (j' y suis resté presque 3 heures, pause comprise, la longueur de ce sentier entre en ligne de compte pour situer aussi sa difficulté ! Mais c' est bien la deuxième partie du sentier qui présentent les principales difficultés en précisant que cette traversée n' a aucune échappatoire facile !

- Je suis monté au col pour voir la chapelle du St Pilon et apprécier la vue plongeante sur l'hostellerie de la sainte baume. J' ai aussi retrouvé des compagnons randonneurs après plus de quatre heure de solitude sur le sentier Marcel Estruch ! La chapelle est elle en travaux et fermée, dommage même si elle est très petite. La table d' orientation ... attend ... sa carte ! Magnifique vue à 360° (le Mont Ventoux, montagne de  Lure, les Ecrins, Ailefroide, le Pelvoux). Le vent s' est levé sur le sommet et des gros nuages s'annoncent, je vais vite redescendre sur l' Hostellerie !

- 17 h 30   Retour au parking après 8 h 00 de randonnée (13 km ,/900 m de dénivelé). Belle randonnée sportive et  engagée ! J' ai particulièrement apprécié la beauté du sentier, son ambiance sauvage et abrupte ...   mais également son côté ludique et sportif lié aux passages techniques équipés.

Message warning 128

Attention  .... Le sentier en  balcon Marcel Estruch est réservé aux personnes non sujettes au vertige, la seconde partie du parcours est  aérienne avec de nombreux passages exposés  en bordure de falaise. Le balisage jaune est présent sur la totalité de l'itinéraire, mais il faut être attentif pour ne pas le manquer. Cet itinéraire présente des risques importants qui doivent inciter à la plus grande prudence (l'usage éventuel de corde d' assurance , voir baudriers peuvent s' avérer nécessaires pour aider les personnes sujettes au vertige et assurer les moins aguerris... ou pour se sortir d' un mauvais pas. Ne pas effectuer ce parcours si les conditions météo ne sont pas au top (Vent, pluie,  neige). 

 

 

- 18 h 00   Après rangement du materiel, départ pour Méounes les Montrieux toujours dans le département du Var, je serai à l' Est de Signes où j' étais avant hier.

- 18 h 50   Je suis stationné finalement à Belgentier, juste après Méounes, sur la place de la salle des fêtes, toujours au calme et à proximité de sanitaires et de commerces. Demain ce sera activité souterraine, je compte visiter la grotte des Rampins. La petite place s' anime dans la soirée, groupes de jeunes ...tout se calme après 23 h 00. La météo s'annonce maussade pour demain ! Pas grave, je serai sous terre !

Samedi 1 avril 2017 

 

- 8 h 15    Un peu de pluie cette nuit, la chaussée est mouillée ! 10° extérieur ...

- 9 h 00  Je pars en direction de la grotte des Rampins.

 

Randonnée spéléo Grotte des Rampins

 

Depuis Belgentier par "les Blétonèdes"    Var

 

 

Randonnee speleo grotte des rampins depuis belgentier var

 

- 9 h 15  Depuis Belgentier, je reprends la direction de Méounes les Montrieux et environ un kilomètre après avoir quitté la ville, je prends à droite une route bitumée en direction de "les Blétonèdes". La route se transforme ensuite en route forestière carrossable jusqu' au croisement, après 2 ou 3 km, avec la piste venant de "Pachoquin" (ruisseau des Fourgélys).

-   Ensuite la piste monte vers la grotte (citerne) mais en plus de la pente prononcée, d'importantes ornières empêchent de poursuivre plus loin (sauf en 4x4 !). Je décide donc de faire demi tour ! .... malencontreusement ma marche arrière va m' emmener sur le bas côté et dans les arbrisseaux du ruisseau ... voiture plantée ... roues qui patinent et ... s' enfonçent ... plus de traction ... bas de caisse en appui sur la terre ... planté !

- Après moult manoeuvres avec le cric de voiture, et l' empilement successifs de pierres plates extraites du ruisseau contigu, je parviens à rétablir l' adhérence des roues tractrices et à dégager le bas de caisse ! Motricité retrouvée, la voiture se dégage de sa situation scabreuse ! Cela m' aura coûté une heure de labeur ... sous la pluie diluvienne !!!  et un cric à changer car complètement déformé par les efforts fournis !

- 11 h 30  Spéléo prêt, je pars à pied en direction de la grotte des Rampins, toujours sous la pluie ! En 25 ' je suis parvenu à la hauteur de la grotte, juste après avoir croisé une citerne verte. Au bas de la pente d' accès, je suis accueilli par un groupe de spéléos trempés jusqu' aux os et grelottant de froid, les couvertures de survie sont de sortie ! ça promet ! Inutile qu' il me confirme qu' il y a de l' eau dans la grotte, je m'inquiète juste de savoir si cela passe facilement ? ce qu 'il me confirme en m' indiquant de "faire fissa"  pour le retour pour ne pas trop me refroidir !

- Je m' enfile dans la grotte et donc pour le bain obligatoire ! Le début de la cavité est dans un couloir et le progression se fait debout, pas d' eau au début ! Quelques ressauts à monter et à descendre plus loin et quelques flaques d' eau pas farouches, je parviens à une cascade pétrifiée qu 'il faut escalader par la gauche pour poursuivre la visite de la cavité; j' évite le réseau qui part vers la droite où s' abritent une colonie de chauves souris !

- Après la cascade un vaste dédale en trou de serrure avec un cheminement tantôt au fond tantôt au dessus permet l suite de la progression. Après avoir traversé moult laisses d'eau (15 à 30 cm), mes chaussures de randonnée ont pris leur bain ! (eh oui, je n' ai pas pris mes bottes ! erreur !).

- La grotte est assez concrétionnée, mais aussi assez ternie et salie, donc pas extra. de nombreux petits gours ornent la cavité.

-  je m' arrête sur un passage étroit descendant de 2, 3 mètres, sans corde j' ai des doutes sur la possibilité de remonter facilement ... prudence ! l' étroiture semble très glisante ! Je fais donc demi tour !

-  Le retour va me procurer un peu d' adrénaline ! Un ressaut descendu sur les fesses en toboggan s' avère impossible à remonter ! Aïe ! heureusement j' avais repéré un passage bas qui court-circuite le ressaut ... Passage bas, étroit ...et plein d' eau ... je suis obligé d' enlever le casque ! Pas possible de faire demi tour ! Je comprends mieux l' état "trempé" du groupe spéléo rencontré tout à l' heure ...bain assuré ! je me fais un peu de frayeur dans ce passage ... et si ça ne passait pas ? ! ... Ouf ! ça ressort bien dans la galerie d' entrée de la grotte ! 

- Sortie en vue, je suis resté 1 h 40 dans la cavité ! Je ressors trempé, pas trop transi ... crotté ... téléphone et porte feuille baptisé !

- Finalement grotte assez longue et intéressante, pas extraordinaire à mon goût en ce qui concerne les concrétions ! Je repars de nouveau sous la pluie (ça lave !) ! En reprenant le chemin forestier, je constate qu'un autre accès plus court est possible en venant du côté de Méounes les Montrieux.

 

 

-  14 h 45  Revenu par le chemin forestier et sans frayeur cette fois ci, je suis stationné un peu avant Méounes les Montrieux, je nettoie le plus gros du matériel spéléo et je mets à sécher ma tenue. Je rédige mon carnet d' activités de la journée.

- 15 h 00  Je repars en direction de Mérindol dans le Vaucluse juste à côté du Var, j' envisage de faire une randonnée dans les gorges de Régalon demain. 

-  18 h 00  Je suis stationné à Mérindol en entrée de village (parking des camping cars).

 

Dimanche 2 avril 2017

 

- 8 h 15   18 extérieur, cela s' est réchauffé depuis hier, mais en ce moment il pleuvotte ! De légères averses de pluie sont annoncées par la météo. Je vais faire mes courses habituelles au village puis je prépare le randonneur.

 

 

Randonnée Gorges de Régalon

 

Depuis Mérindol   Vaucluse

 

 

Circuit randonnee gorges de regalon depuis merindol

 

- Pour des raisons de risque incendie, l’accès au massif est limité du 1 juin au 30 septembre par arrêté préfectoral, voire interdit.  Les gorges ont été plusieurs fois interdites d' accès ces dernières années, pour cause d' éboulements. En 2017, elles sont de nouveau autorisées. La pratique de cette randonnée n' est pas conseillée en cas de fortes pluies ! Les seuls difficultés (relatives) de ces gorges, est le passage de deux trois ressauts de 1 ,5 m à 3 m.

- 9 h 30   Il pleuvotte toujours, je me risque à partir, j' aviserai en route ! En quittant le village, je croise un troupeau de moutons de 300 têtes et son berger? je ne sais pas si il vont traverser Mérindol, mais ça ferait  une belle animation du village ! Je quitte les petites routes de liaison (Le Grand Champeau, le Petit Champeau) pour un sentier en forêt qui m' amène à la Tuilère, petit hameau jouxtant le parking aménagé des Gorges du Régalon. Je croise de nouveau des moutons, accompagnés cette fois ci par un éleveur qui mène brebis et agneaux au pré ! 

-  Parvenu au parking, je prends la direction des Gorges du Régalon bien indiquées par de multiples panneaux et mise en garde (propriété privée, dangerosité ...). Le parcours est immédiatement "envoûtant", dans tous les sens du termes ! Le passage est étroit et "hautement" gardé par des falaises très hautes ! En cette saison, le torrent est actif, du moins au début du parcours, et il y a encore d' importantes laisses d' eau. Pas plus de 15 à 20 cm par endroit et le passage reste facile ! J' ai pris la précaution de mettre mes nus pieds dans mon sac que je mets dès la présence de l' eau, je garde ainsi mes chaussures de randonnée au sec. 

-  L' itinéraire se fait donc entre deux hautes parois rocheuses, ponctué de ressauts à escalader ( sans difficulté), une grotte à franchir (pas besoin d' éclairage), quelques passages étroits mais s' effectuant toujours debout, la lumière pénètre peu à l' intérieur des gorges. Je passerai devant un grand porche souterrain barré de barrières (?) ! En un peu moins d' une heure, je suis déjà à la sortie des Gorges !

-  Je poursuis mon chemin en remontant  sur la gauche en direction de l' Agranier. Le chemin s'insinue en creux dans un paysage montagneux (Montagnas), puis le vallon de la Galère, le paysage est magnifique ! Remonté sur le plateau, je prends la direction des Mayorques puis Croupatas avant de redescendre dans le vallon qui ramène au départ des Gorges du Régalon ( Les Bastides, Rioufret) ! 

-  Je reprends alors le chemin en direction de Mérindol pour le retour ! remarquable randonnée avec de superbes panorama sur le Luberon à la sortie des Gorges ! 6 heures de randonnée tranquille, dont une heure dans les gorges, 18 km parcourus pour environ 590 m de dénivèlation.

 

 

-  11 h 45   Retour à Mérindol, je reprends la voiture pour me rendre à Lioux toujours dans le Vaucluse, objectif une nouvelle randonnée pour demain !

-  17 h 45  Je suis stationné au dessous de Lioux, au lieu dit La Combe.  Pas de commerces dans les environs hélas ! Je profite du temps que j' ai pour sauvegarder et archiver les photos prises depuis le début de ma vadrouille.

 

Lundi 3 avril 2007

 

-  8h 45   Soleil ! 11° extérieur ! Je prépare le randonneur pour aller faire les gorges de Vaumale et de Lioux.

 

Randonnée Combes de Vaumale et de Lioux

 

Depuis Lioux    Vaucluse

 

 

Circuit randonnee combes de vaumale et lioux depuis lioux la combe

 

- 8 h 45   11°  extérieur, je prépare le randonneur, aujourd' hui je prends mes bâtons de marche !

- 9 h 30  Départ par la route au dessous de Lioux, lieu dit "la Combe", en direction du Château, avec la vue imposante des falaises de la Madeleine.  Ensuite je suis une piste forestière pas très intéressante. Un peu plus plus loin, de nouveau la route sur 300 m, avant de prendre une piste plus étroite qui après avoir traversé un propriété plantée de cerisiers, rejoint le vallon de Vaumale à l' issue d'une belle descente avec vue plongeante !

- La combe de Vaumale comporte une partie gorge, à visiter à partir du pont, une descente a été aménagée avec des barreaux sertis dans le roche. Un parcours de 200 m, sans eau actuellement, s' offre au randonneur dans un dédale de rochers, qui se termine avec la gorge. Je ne suis pas allé plus loin sur le sentier et j' ai donc fait demi tour, pour rejoindre le pont et poursuivre l' itinéraire cette fois ci au dessus du vallon.

-  Je suis donc des hauteurs, le vallon jusque à rejoindre la route qui fait la liaison Bezaure - Escumadou, je suis sur un territoire d' exploitations agricoles. 

- 12 h 35  Je quitte Bezaure en direction de la combe de Lioux cette fois ci ! Le parcours se fait sur une petite route communale, je laisse à ma droite et au loin les ruines du château de Castellas et j' entame une descente progressive puis prononcée vers la combe de Lioux. Je suis suivi par un groupe de randonneurs comme d'habitude ... fort bruyant ! ... rire en "chapelet" d'une dame qui a l' air bien facile ... à la rigolade ! Je presse un peu le pas pour ne pas me faire rejoindre et retrouver ma tranquille solitude ! 

- Longue descente dans la combe de Lioux qui a plutôt des allures de gorges par endroit ! Le parcours va être long, avec quelques petits ressauts (glissants) et des passages où les parois hautes ... se rapprochent ! La descente se fait pratiquement de bout en bout dans le lit du torrent à sec en ce moment.

- 15 h 10   Après 5 h 40 de randonnée pause casse croûte comprise, je rejoins ... enfin ... Lioux ! 18 km parcourus pour 590 m de dénielé.

- Circuit randonnée un peu décevant au début (route,route forestière ...) , heureusement arrivent très vite la combe - gorges de Vaumale, site très agréable, véritable terrain de jeux pour grands et petits dans la partie gorge. La vue sur le château de Castellas anime par deux fois la sortie, avant la descente dans la combe de Lioux, puis de la combe par une vue de dessous où il apparaît érigé sur un piton rocheux. La randonnée dans les combes et pleine de fraîcheur, surtout quand le soleil est de la partie !

 

 

-  15 h 30  Je range la matériel de rando et je me prépare pour le retour ! Fin de ma semaine sportive dans le Var partagée entre randonnées et randonnée souterraines.

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau